L'obstruction du canal lacrymal chez le nourrisson: quel rôle pour l'ostéopathe?

L'obstruction du canal lacrymal: point de vue ostéopathique de cette  pathologie du nourrisson

 

Dans le cas où l'obstruction n'est pas dûe à une membrane immature qui obstrue la canal (cf définition médicale de l' "imperforation"), l'ostéopathe a un rôle crucial. L'ostéopathe s'intéresse à la congestion du canal lacrymal qui vient perturber l'écoulement normal des larmes, entraînant un larmoiement excessif pouvant aller jusqu'à un phénomène d'"oeil collé" (atteinte d' un seul oeil ou des 2 yeux, avec un possible renflement du sac lacrymal). L'oeil peut alors s'infecter et la plupart du temps cela récidive malgré l'antibiothérapie.

 

Le phénomène congestif décrit ici s'explique par un manque d'élasticité tissulaire:

- locale des os constituant le canal lacrymal (unguis et maxillaire), 

- et/ou des os plus ou moins à distance de ce canal (autres sutures crâniennes voisines du canal, mais aussi rachis cervical, rachis dorsal haut et 1ères côtes): influences mécaniques, vasculaires, et neurovégétatives sur le fonctionnement du canal.

 

L'ostéopathie, par des techniques manipulatives principalement de la sphère crânienne, va restaurer la déformabilité et l'adaptabilité des pièces osseuses crâniennes du bébé ( celles-ci ont subi des contraintes plus ou moins importantes pendant la grossesse et l'accouchement, pouvant entraîner compressions ou blocages). Cette perte de déformabilité décrite ici est une altération réversible de la structure tissulaire, qui entraine une perturbation fonctionnelle ( défaut d'écoulement).

En ostéopathie, nous redonnons à la structure osseuse toute sa déformabilité pour que la fonction d'évacuation du canal lacrymal puisse s'effectuer normalement.

 

 

Intérêts majeurs d'une prise en charge précoce par l'ostéopathe:

- Innocuité totale des techniques ostéopathiques pratiquées chez le nourrisson,

- Guérison totale et définitive en 3 à 4 séances en moyenne (1-2 séances pour les cas les plus simples, jusqu'à 5-6 séances pour les cas les plus compliqués),

- Eviter les surinfections et les antibiothérapies à répétition,

- Eviter le traitement chirurgical (sondage avec tige métallique sans anesthésie, la plupart du temps réalisé si le larmoiement persiste entre 10 et 12 mois)

 

EN SAVOIR PLUS :

 

 

 

© 2014 par Emilie GEY. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus