Que se passe-t-il vraiment quand ça "craque" lors d'une manipulation?

Le "crack" articulaire, lié à un phénomène de "cavitation":

 

Ce bruit provenant des articulations a longtemps été un mystère...

Des études scientifiques ont démontré que le bruit aujourd'hui appelé "CAVITATION" est provoqué par

l'action d'un brusque changement de pression dans l'articulation lors de sa manipulation.

Il s'agit de la transformation, sous l'effet d'un acte mécanique rapide provoquant une dépression, du

"gaz dissout" dans le liquide synovial homogène, en bulles de gaz ("gaz occlus").

Le son apparaît uniquement au moment de l'implosion de ces bulles de gaz formées, revenant ainsi

à l'état liquide.

Ce bruit est reproductible, mais uniquement après une période réfractaire d'environs 20 à 30 minutes.

 


Mettons les choses au clair concernant les idées reçues !


Le "crack" n'est pas le résultat de frottement des os ou des cartilages, au contraire il est le résultat d'une dépression dans l'articulation qui libère les surfaces articulaires. Cela confirme aussi que  le "crack" n'est absolument pas source d'usure pour l'articulaion.


L'ostéopathe ne fait pas que "craquer". Son arsenal thérapeutique est varié.


L'absence de son ne signifie absolument pas que la manipulation a échoué. Il faut juste s'assurer de l'effet positif de la manipulation en retestant l'endroit manipulé: le tissu conjonctif doit présenter de bonnes qualités de souplesse et d'élasticité après la manipulation, qu'il y ait eu un son ou non.



Le "thrust" en manipulation structurelle:

 

Le thrust est un acte mécanique réglable en vitesse, masse et amplitude, appliqué localement au tissu conjonctif d'une zone manquant de souplesse et d'élaticité, afin d'en améliorer la consistance.

 

Le but n'est pas de déplacer un segment osseux (ni de "remettre en place" une vertèbre!) par une action plus ou moins forcée, mais de libérer le corps des restrictions mécaniques qui l'empêchent de fonctionner librement et d'exploiter toutes ses capacités de mouvements physiologiques.


Le thrust est souvent associé au phénomène de cavitation. 


Cette technique a un effet neurophysiologique réflexe.  

La manipulation envoie un signal au système nerveux central via les récepteurs nerveux situés dans le tissu conjonctif manipulé.

Ces récepteurs ont la capacité d'influencer le contrôle des vaisseaux sanguins, le tonus msuculaire, la proprioceptivité.

La stimulation mécanique rapide du tissu conjonctif manipulé sollicite les récepteurs nerveux de ce tissu qui font réagir le système circulatoire local et par effet réflexe, le sang circule différemment localement. Cette irrigation optimise l'état des tissus concernés, c'est à dire améliore ses qualités de souplesse et d'élasticité.

© 2014 par Emilie GEY. Créé avec Wix.com

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • b-googleplus